Arhive

Calendar Haiku – Februarie 2018

***

Anunțuri

Peace within(6)

A golden rain
keeps flowing from the high trees
over the great artist –
on top of his pedestal
tranquil in eternity

Photo&Tanka :Virginia Popescu


Carpe diem – Peace within(6)

Miracol / Miracle / Miracle

Miracol / Miracle / Miracle
Sub teiul secular, veşnic tânăr – poetul
Sous le tilleul centenaire, le poète éternellement jeune
Under the old linden tree, eternally young – the poet

poetul
Photo&Poem : Virginia Popescu

Weekend-Meditation #12 Christmas Troiku

winter solitude –
in a world of one color
the sound of wind
© Matsuo Basho (1644-1694)

winter solitude
on the white immensity
a distant shadow

in a world of one color
a green fir tree
rising to the sky

the sound of wind
joining the carols
ecstatic night

Photo&Troiku : Virginia Popescu

Christmas bells
pouring excitement
into the air

© Jane Reichhold (1937-2016)

Christmas bells
tinkling in the night
dreams come true

pouring excitement
Santa Claus arrival
after a long wait

in the air
Christmas tree fragrance
night promises

Photo&Troiku : Virginia Popescu


silent night
snow falls softly on the graveyard
the Savior is born
© Chèvrefeuille

silent night
a bright star shining
over a stable

snow falls softly on the graveyard
white angel wings
trembling in the wind

the Savior is born
warmed by the cattle breathing
heavenly carols

Photo&Troiku : Virginia Popescu


Carpe Diem – Weekend-Meditation #12 Christmas Troiku

Revista RO KU : număr aniversar Anul Nou 2013

*

nuit de verglas –
glissant sur les touches
les doigts effilés 

Le pouvoir de suggestion du poème me semble très important. Je ne sais rien de l’auteur mais je peux m’imaginer tant de choses, partant des faits prosaïques( le thème pour lequel le poème a été composé était le verglas; l’auteur a compté soigneusement les syllabes, pour être sûr de sa réussite) jusqu’à des faits impondérables (les doigts effilés si adéquats pour un pianiste – mais non pour un organiste qui devrait les avoir plus carrés, comme le disait quelqu’un faisant allusion à Beethoven; mais ici, il faudrait entendre une valse ou un nocturne de Chopin). Certes, le glissement sur les touches a remplacé celui supposé sur le verglas, passant en un seul mouvement de la nature rigoureuse du dehors à l’intérieur spiritualisé, offrant ainsi contraste et continuité et assurant finalement au poème cette grâce et légèreté – karumi – selon les dires des Japonais qui forme le charme du poème.
(Dan Doman). Continuă lectura