Arhive etichetă | Virginia Popescu

Presimt…

Marin Sorescu

Presimt…

Presimt ca o să am o zi cam proastă.
Din cât greu fost-a, este cel mai greu.
De altfel, zarea va rămâne-albastră
Şi Ştreangul mâine fi-va curcubeu.

Spre mine mă deschid ca o fereastră
În care stă pe gânduri Dumnezeu.
Şi iată vine pasărea măiastră
Şi pasărea aceasta sunt tot eu.

Fragilă-alcătuire şi capcană,
Las corpu-acesta unei alte flori.
O voi privi, cu lacrima-mi, din nori,

Deşi, vii prea devreme, tu, dojană…
Şi cui să-ncredintez această pană?
Cum să te iau, durere, să nu dori?

Continuă lectura

Gust of wind – haiku and troiku

With every gust of wind
around the acacia
a golden swirl

*

With every gust of wind
a lot of yellow leaves
fall on the ground

*

Around the acacia
children playing hide-and-seek–
autumn wind

*

A golden swirl
shining on the stage  –
Spanish dancer

*

A golden swirl
around the acacia
with every gust of wind

*

Photo&Troiku : Virginia Popescu


Carpe Diem – Gust of wind – haiku and troiku

La chimère


(Bellérophon chevauchant Pégase et luttant contre la Chimère.
Mosaïque du musée Rollin, Autun).

«La chimère est un animal fantastique qui tient de la chèvre et du lion et qui exhale de sa gueule des flammes.
Bellérophon, ayant monté Pégase, tua la chimère.
Bellérophon symbolisant le poète, Pégase – l’inspiration poétique,
la chimère représenterait cette créature de feu et de flammes que le poète doit dominer et ordonner en une oeuvre.
Le caractère féminin ressemble à la chimère.
La femme est la chimère de l’homme, ou son démon, comme on voudra, – un monstre adorable, mais un monstre… »

J. Richeren marge des Chimères de Gérard de Nerval.

Il la voyait assise devant lui et ne pouvait en croire ses yeux. Il l’avait vue mille et mille fois et avait couru après elle toute sa vie. Sa chimère à lui. Cette beauté à figure de sphinx incompris. Il l’avait vue sortir des vagues de la mer, faisant ondoyer son corps de sirène, il avait écouté ses chants sous le clair de lune qui l’avaient fait frémir jusque dans les profonds abîmes de son coeur. C’était un appel lointain, l’invitant au royaume des eaux. Il l’avait vue trôner dans l’azur, entourée d’étoiles et lui envoyer son sourire énigmatique, mystérieux, provocateur.
Mais il l’avait surtout vue dans ses rêves, s’approchant de son lit, le regardant longuement de ses yeux verts au reflet métallique qui semblaient receler le secret de toute sa vie. Continuă lectura

A mon Daïmon

Je n’ai pas su que ce chemin vers toi
Serait si long, si tortueux,
Que tant d’obstacles se dresseraient devant moi,
Si durs, si nombreux.

Je n’ai pas su que je m’égarerais souvent,
Dans mes paroles banales, sans fondement.

Je n’ai pas su que les épines m’écorcheraient
Les mains, le visage, les pieds.

Je n’ai pas su que les fraîches rivières
N’étancheraient pas ma soif de mystères.

Je n’ai pas su que je ferais le chemin toute seule,
Sans la douce lumière de tes yeux.

Je suis venue, les bras ouverts, la gorge nue,
Juste à la portée de ton arc tendu.
Je n’ai pas su que tu es un archer si adroit, si résolu.

A présent, blessée, ensanglantée, assoiffée et lasse,
Je me tiens sur la marche la plus basse de ton coeur.

Hélas! je n’ai pas su.

*

Versiune românească :

Daimonului meu

Tongue of Lucifer

Morgana’s witchcraft –
two lovers turned into stone
in an eternal kiss

*

Photo&Haiku : Virginia Popescu


(Tongue of Lucifer Broceliande forest in Brittany – France – Rocher des faux amants)

Carpe Diem -Tongue of Lucifer