L’homme et la femme

L’homme et la femme

(Parodie inspirée du poème de Baudelaire L’Homme et la mer).

Homme, tu te reflèteras toujours dans les yeux de la femme.
La femme est ton miroir.
Tu contemples dans la profondeur de ses regards,
ton coeur inassouvi d’amour, ton âme insatiable.
Ton esprit se voit infiniment embelli,
dans ses pensées étranges et hardies.
O, coeur de femme, énigme insondable,
pleine de mille mystères coupables.
Coeur pétri au feu divin, volé par Prométhée.
Quand il se déchaîne, il devient un Protée inexplicable
que l’homme ne peut jamais saisir.
Tu es belle, docile, charmante,
mais tu n’offres à l’homme que des trompe-l’oeil,
des reflets mensongers, où il se voit toujours,
plus beau, plus fort et plus virile.
Tu lui tends une coupe pleine de merveilles,
d’où il boit assoiffé, s’enivre et s’endort,
bercé sur ta magnifique gorge parfumée.
Tu l’attires sans cesse dans tes bras envoûtants,
lui offrant d’immenses voluptés, de tendres chants.
Oh, femme, comme tu es infâme,
et comme tu marches sur l’âme du pauvre soupirant !

Virginia Popescu

Anunțuri

Lasă un răspuns

Completează mai jos detaliile tale sau dă clic pe un icon pentru a te autentifica:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare / Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Google+

Comentezi folosind contul tău Google+. Dezautentificare / Schimbă )

Conectare la %s