Le mot du poète

L’automne est revenu, couvre mon coeur de n’importe quoi,
de l’ombre d’un arbre dénudé ou mieux encore de ton ombre à toi

in «Emotion d’automne» (Nichita Stanescu)

Buste de Nichita Stanescu, Ploiesti
(Photo: Virginia Popescu)

Depuis son piédestal en marbre couleur marron , le poète aux ailes tranchées me regarde d’un air désolé. Sur ses lèvres flotte un sourire amer.
Assise sur un banc, je l’observe en silence depuis quelque temps.
C’est une belle journée d’automne au ciel clair.
Une brise légère fait voler autour de moi un essaim de feuilles dorées.
Un groupe de jeunes turbulents trouble le calme du parc. Ils parlent à voix haute tout en recrachant l’écorce des graines de tournesol juste devant le poète qu’ils ignorent complètement.
Moi, je le regarde avec insistance dans les yeux, essayant de surprendre un  éclat, quelque chose qui me donne un petit espoir, un  éclaircissement. Les ailes amputées par les mains du sculpteur semblent pleurer ses élans, ses envols vers des hauteurs insoupçonnées.
Je voudrais lui demander pourquoi il est si triste, mais je suis sûre qu’il ne me répondrait pas, par fierté…
Peut-être mon regard trop insistant le dérange-t-il.
J’essaie de regarder ailleurs et ma pensée s’envole vers le «Prince heureux » d’Oscar Wilde. Celui-là, les édiles de la ville l’avaient habillé d’or, l’embellissant de pierreries.
Le prince des poètes est  bien plus pauvre que le dernier mendiant de la ville.
« Le Prince Charmant sans Tilleul », comme il avait l’habitude de s’appeler, trône, triste et solitaire, sans ailes au-dessus d’une ville avec des gens plus ou moins malheureux, plus ou moins pressés, plus ou moins et même nullement épris de poésie…
Que pourrait encore leur donner le poète, excepté sa poésie qu’il a désespérément aimée ?
Une pensée traverse avec insistance mon esprit, me hantant : le poète a t-il appris en fin de compte le mot créateur de lumière qu’il avait quêté toute sa vie, fouillant avec acharnement la langue poétique  jusque dans  ses profondeurs insoupçonnées ? 

Une colombe a terminé son vol sur l’épaule droite du poète.
Je ferme les yeux dans une attente fiévreuse et soudain j’entends un battement d’ailes au-dessus de ma tête.
J’ouvre les yeux.
La colombe a repris son vol. « Flop, flop !»
Je tourne mes regards étonnés vers le poète.
J’ai l’impression qu’un sourire ironique flotte sur ses lèvres…

Versiune românească :

Cuvântul poetului

Anunțuri

2 gânduri despre „Le mot du poète

    • Nichita Stanescu est un grand poète moderne roumain. Il est né à Ploiesti, la ville où j’habite.
      Il est mort depuis quelques années. Au centre de la ville se trouve son buste qui m’a inspiré le texte que vous avez lu..
      Je vous remercie de votre lecture.
      J’apprécie beaucoup votre blog que j’ai parcouru.

Lasă un răspuns

Completează mai jos detaliile tale sau dă clic pe un icon pentru a te autentifica:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare / Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Google+

Comentezi folosind contul tău Google+. Dezautentificare / Schimbă )

Conectare la %s