Dernière nuit de Sardanapal

Derniers sonnets imaginaires de Baudelaire

(Sonnet 2)

(Inspiré par le tableau de Delacroix : La mort de Sardanapal, 1827)
(Acrostiche)

*

Dans son lit de débauche, le roi sourit tristement.
Est-il las, ou simplement désabusé?
Rien n’éclaire plus son visage inconsolé.
Ni même les femmes voluptueuses aux seins palpitants,

Implorant un seul regard bienveillant
Et un souris sur ses lèvres dédaigneuses.
Rien ne fait briller sa figure mystérieuse.
Ennuyé, il fixe son regard vaguement,

Ne voulant plus voir ce troupeau obéissant,
Uni par la luxure, l’orgie et le vice.
Il vit tout à coup la main de la justice

Tracer sur le mur ces trois mots, flamboyant
De colère: MANE, THECEL, PHARES!
SARDANAPAL y vit sa fin avec tristesse.

*

Versiune românească :

Ultima noapte a lui Sardanapal

Anunțuri

Lasă un răspuns

Completează mai jos detaliile tale sau dă clic pe un icon pentru a te autentifica:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare / Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Google+

Comentezi folosind contul tău Google+. Dezautentificare / Schimbă )

Conectare la %s