La révolte absurde

Sisif

La révolte absurde

« Je me révolte, donc nous sommes » **

Du haut de la montagne le vieux Sisyphe suit de ses yeux pensifs sa malédiction qui roule bruyamment.
„Va-t-en, maudit !” crie-t-il au rocher… Il est tant de mépris sublime dans son regard…
Combien de fois, ainsi, après l’effort, a-t-il pu respirer librement ?
Là-haut, par ses pensées, pétrifié lui-même, absurde, magnifique, il est devenu rocher.
Sur son épaule et dans ses paumes durcies son rocher aujourd’hui lui a semblé plus lourd.
À peine a-t-il pu le soulever et trois fois il a trébuché.
Par bonheur, une biche apprivoisée a léché délicatement la sueur ruisselant sur son visage…
En ce moment, il se sent libre, libre de penser à son destin.
Il a gagné la liberté de parole, il a son franc-parler, il dit aux dieux leurs quatre vérités sans les épargner et sans ménagement.

Il s’en prend à tous et « savonne » tout l’Olympe. Contre Zeus, surtout, il « garde une dent » ; il l’insulte grossièrement :
« Vieux débauché, tu as transformé l’Olympe en bordel. Les déesses, Aphrodite en tête, sont devenues hétaïres de luxe et vendent leurs charmes. »
Il invective Héra : « Et toi, vieille salope, » lui crie-t-il, « pas même capable de satisfaire ton mari, tu le tourmentes de ta jalousie ! »
Ni le vieux Destin n’échappe à sa perfide langue :
« Méchant, cruel Aveugle ! Parce que, la main levée, tu comptes les étoiles, te crois-tu pour autant maître de mon sort ?
Voilà ce que je fais sur toi ! »
Et dans un geste de révolte suprême, Sisyphe se soulage du haut de la montagne.
Puis, d’un pas léger, il se met à descendre la pente escarpée.
Prométhée a été délivré de son rocher, vient-il d’apprendre. Contre les dieux, il a rallié une troupe immense de révoltés.
Le grand moment approche, vertigineusement.
Hier, en haut de la montagne, Sisyphe s’était assoupi. Et il rêva, étrange rêve. Défiant le sommet de son regard, il portait un rocher semblable à une croix .
Un bref éclair traversa l’air, éclata le puissant tonnerre.
Et Sisyphe, effrayé, se signa, se prosterna front contre terre…

** Albert Camus – L’Homme révolté

La version française a paru dans « Voyage en Adécélie »
Janvier 2010, éditeurs: Chez LuLu et The Book Edition.

Anunțuri

Lasă un răspuns

Completează mai jos detaliile tale sau dă clic pe un icon pentru a te autentifica:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare / Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Google+

Comentezi folosind contul tău Google+. Dezautentificare / Schimbă )

Conectare la %s