L’enlèvement de la Belle Muse – épisode 17


(Simon Vouet, Uranie et Calliope – 1634)

*

La Belle Muse demanda à Mal Armé s’il ne connaisait pas par hasard le poète Ver de Laine.
Mal Armé eut un petit rire dédaigneux et lui dit que le fameux poète n’avait pas été trop sage, comme il l’avait été Jadis et Naguère. Il lui dit que Ver de Laine avait connu pendant ses Fêtes galantes une “nouvelle muse” très bizarre dans la personne de Rambo, un jeune poète aux traits divins mais au coeur satanique qui l’avait invité à passer toute une Saison en enfer et s’illuminer aux feux infernaux. La Belle Muse frissonna d’horreur. Elle pensait avec tristesse que la nouvelle poésie s’était engagée sur une mauvaise voie. Elle devait avoir une discussion très sérieuse avec M. Dante Allegro ma non Troppo pour voir si le chemin de l’Enfer ne pouvait pas être bouché. Il attirait de nombreux poètes qui se perdaient dans ses flammes ou ses fleuves maudits. Qu’y cherchaient-ils ? Avaient-ils perdu eux-aussi leurs dames angéliques? Devaient-ils refaire ce dur chemin que le maître florentin avait parcouru pour arriver jusqu’aux yeux divins montés au paradis de son amour?….
Plus le cheval courait dans la nuit, plus la Belle Muse devenait confuse et inquiète. 
Elle courait une aventure inconnue. Pourtant, elle se sentait si bien, serrée contre la poitrine de ce poète bizarre et insolite qui l’avait conquise avec ses nobles idéaux. Et elle se dit qu’elle accepterait de devenir sa Belle Muse s’il le lui demandait. Et comme si le poète avait entendu sa pensée, il lui dit d’une voix vibrante d’émotion:
“Belle Muse, j’ai jeté les dés et le Hasard m’a dit que tu deviendrais ma Muse chérie. J’ai besoin d’une Muse réveillée et en éveil. Tu dois m’aider à m’échapper aux bras mensongers d’Hérodiade. Tu vas m’aider à prendre mon envol vers l’Azur. Je donnerai ce coup d’aile ivre à la glace car je veux lancer mon dernier chant du cygne. Puis, advienne que pourra! Je pourrais dire: “L’Idéal, je l’ai vu!” Disant cela, il serra tendrement La Belle Muse contre sa poitrine et lança un défi à l’Azur: “Salut, c’est encore moi, / Salut, comment ça va?”
Il n’attendit plus la réponse de l’azur et d’un mouvement vigoureux, éperonna son coursier, lui imprimant un nouvel élan.
L’Aube d’une nouvelle poésie poignait à l’horizon et on voyait déjà les Portes de la Ville Lumière larges ouvertes pour accueillir la Belle Muse d’une nouvelle poésie pure et idéale.
La Belle Muse leva son chapeau et salua la ville qu’elle n’avait plus revue depuis de longues années. Son coeur frémit et elle respira cet air nouveau de Paris.
Mal Armé conduisit son cheval Rue de Rome où l’attendaient ses admirateurs: André Ci-Gît de la Porte Étroite, Pall Moll de la Parque du Val qui Rit, René Gaie Île et d’autres élèves. Ils l’avaient attendu toute la nuit, inquiets pour le sort de leur maître hermétique.
Quand le cheval s’arrêta devant la porte, tous se précipitèrent pour faire descendre la Belle Muse du cheval. Ils l’avaient reconnue sous ses habits d’homme. Ils lui firent une profonde révérence pleine de respect, en la saluant de ces paroles: “Sois la bienvenue, Belle Muse de la poésie symbolique et hermétique! Nous te prions d’entrer dans notre cénacle hermétique qui ne permet pas l’accès à des poètes vulgaires qui ne savent donner de sens nouveaux aux mots de la tribu. Tu pourras t’enivrer ici d’Azur car notre Maître a plusieurs Fenêtres par où il le regarde quand il en est assoiffé. Il rêve de prendre un beau jour son vol vers l’Azur et nous le suivrons car nous sommes les onze cygnes sauvages. Toi seule nous manquais Belle Muse, pour nous donner l’élan du vol et nous sauver de ce Lac lamartinien où le temps s’est arrêté. Nous sommes tes frères, nous as-tu reconnus ?”
La Belle Muse, un peu étourdie, regardait ce troupeau bruyant de poètes qui l’effrayait un peu. Elle leur demanda la permission d’aller quelque part et changer d’habits, car elle ne se sentait pas à l’aise habillée à la Georges du Sand et Eau. Elle ne voulait pas poser en amazone. On la fit conduire vers sa chambre, et on lui promit une belle soirée littéraire assaisonnée de poésie hermétiquement pure et idéale.

Anunțuri

Lasă un răspuns

Completează mai jos detaliile tale sau dă clic pe un icon pentru a te autentifica:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare / Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Google+

Comentezi folosind contul tău Google+. Dezautentificare / Schimbă )

Conectare la %s