Amurg de toamnă

Lucian Blaga

Amurg de toamnă

Din vârf de munţi amurgul suflă
cu buze roşii
în spuza unor nori
şi-aţâţă
jăraticul ascuns
sub valul lor subţire de cenuşă.
O rază
ce vine goană din apus
şi-adună aripile şi se lasă tremurând
pe-o frunză:
dar prea e grea povara -
şi frunza cade.
O, sufletul!
Să mi-l ascund mai bine-n piept
şi mai adânc,
să nu-l ajungă nici o rază de lumină:
s-ar prăbuşi.

E toamnă.

 feuille vigne

*

Continue reading

Le mot du poète

L’automne est revenu, couvre mon coeur de n’importe quoi,
de l’ombre d’un arbre dénudé ou mieux encore de ton ombre à toi

in «Emotion d’automne» (Nichita Stanescu)

Buste de Nichita Stanescu, Ploiesti
(Photo: Virginia Popescu)

Depuis son piédestal en marbre couleur marron , le poète aux ailes tranchées me regarde d’un air désolé. Sur ses lèvres flotte un sourire amer.
Assise sur un banc, je l’observe en silence depuis quelque temps.
C’est une belle journée d’automne au ciel clair.
Une brise légère fait voler autour de moi un essaim de feuilles dorées.
Un groupe de jeunes turbulents trouble le calme du parc. Ils parlent à voix haute tout en recrachant l’écorce des graines de tournesol juste devant le poète qu’ils ignorent complètement.
Moi, je le regarde avec insistance dans les yeux, essayant de surprendre un  éclat, quelque chose qui me donne un petit espoir, un  éclaircissement. Les ailes amputées par les mains du sculpteur semblent pleurer ses élans, ses envols vers des hauteurs insoupçonnées.
Je voudrais lui demander pourquoi il est si triste, mais je suis sûre qu’il ne me répondrait pas, par fierté…
Peut-être mon regard trop insistant le dérange-t-il.
J’essaie de regarder ailleurs et ma pensée s’envole vers le «Prince heureux » d’Oscar Wilde. Celui-là, les édiles de la ville l’avaient habillé d’or, l’embellissant de pierreries.
Le prince des poètes est  bien plus pauvre que le dernier mendiant de la ville.
« Le Prince Charmant sans Tilleul », comme il avait l’habitude de s’appeler, trône, triste et solitaire, sans ailes au-dessus d’une ville avec des gens plus ou moins malheureux, plus ou moins pressés, plus ou moins et même nullement épris de poésie…
Que pourrait encore leur donner le poète, excepté sa poésie qu’il a désespérément aimée ?
Une pensée traverse avec insistance mon esprit, me hantant : le poète a t-il appris en fin de compte le mot créateur de lumière qu’il avait quêté toute sa vie, fouillant avec acharnement la langue poétique  jusque dans  ses profondeurs insoupçonnées ?  Continue reading

Toamna în poeme într-un vers – L’automne dans des poèmes en un vers

Ion Pillat

Întoarcere / Retour

În toamna desfrunzită m-am întâlnit, copil
Dans l’automne défeuillé je me suis rencontré enfant

*

Stol coborât / Volée en descente

Cad frunzele, pământul e plin de rândunele
Les feuilles tombent, la terre est pleine d’hirondelles

*

Belşug / Abondance

Am întâlnit azi toamna venind în car cu boi
J’ai rencontré aujourd’hui l’automne dans un char à boeufs

*

Castana / La châtaigne

Din ghimpii amintirii trecutul l-am cules
Dans les piquants du souvenir j’ai cueilli le passé

*

Toamna copilăriei / L’automne de l’enfance

Mireasmă de gutuie într-un iatac bătrân
Parfum de coings dans une vieille alcôve

*

Tinereţe / Jeunesse

Pe frunza toamnei pasul sfios al căprioarei
Sur les feuilles de l’automne le pas timide de la biche

*

Amurg / Crépuscule

Iubirea ta m’ajunge cu umbre tot mai lungi
Ton amour me rattrape dans des ombres de plus en plus longues

*

Singur /Seul

Prin pulberea de aur cu toamna prin zăvoaie
Dans la poussière dorée avec l’automne parmi les bocages

*

Veveriţă toamna / L’automne écureuil

O frunză roşie suie pe ramuri, alte cad
Une feuille rouge escalade les branches, d’autres tombent

*

Poetul / Le poète

Stă încărcat de versuri ca toamnele de rod
Tout chargé de rimes comme l’automne de fruits

*

Traduction en français : Virginia Popescu, Nicole Pottier

Revue Ploc! numéro 28, novembre 2011

Thème :
prendre un haïku qui vous plaît et le retravailler à votre manière.

*

-haïku d’origine-

/La branche – sèche.
Le corbeau – au-dessus :
crépuscule, automne/
(Bashô)

-haïku retravaillé -

Arbre dénudé –
un corbeau sur la branche
veillant le couchant

Virginia Popescu

*

Publié dans la revue Ploc! N°28 – novembre 2011.
Numéro réalisé par Sam Cannarozzi.

Toamna în flăcări – Automne flamboyant

Phoenix / Phoenix

Aprinşi ard toţi copacii cu vâlvătăi de aur.

018

Tous les arbres allumés brûlent avec des flammes d’or.

*

Covor auriu / Tapis doré

Un roi de fluturi galbeni se-aşterne pe pământ.

covor

Une volée de papillons jaunes s’étend sur la terre.

Continue reading

POEMUL ÎNTR-UN VERS – STUDII Florin Vasiliu – Vasile Moldovan

IMG_0067

POEMUL ÎNTR-UN VERS – STUDII
Florin Vasiliu – Vasile Moldovan
Editura Curtea Vache, Bucureşti, 2001.

*

Cu ceva timp în urmă am avut ocazia să citesc un studiu despre poemul într-un vers, considerat în prezent cea mai scurtă creaţie literară din lume.
Cei doi autori ai studiului, regretatul Florin Vasiliu şi Vasile Moldovan vin cu argumente solide pentru susţinerea acestei idei.
În cele ce urmează mă voi opri la prezentarea  articolului scris de Florin Vasiliu care face o analiză sistematică a poemului haiku raportat la poemul într-un vers, mult mai recent din punct de vedere cronologic.
Autorul stabileşte ca repere ale prezentului studiu două date:
Anul 1990, cel al fondării Revistei de interferenţe lirice româno-japoneze HAIKU şi  anul 1992, când autorul ia cunoştinţă de lucrarea poetului japonez Sono Uchida, « Haïku, le plus court poème du monde ». Începând cu anul 1992, pe coperţile revistei  HAIKU  s-a tipărit concomitant, un poem într-un vers al poetului român Ion Pillat şi un haiku al poetului nipon Matsuo Bashô.
În paginile aceleiaşi reviste apare referatul, lui Florin Vasiliu  « Poemul pillatian într-un vers şi haiku-ul nipon », susţinut la cea de-a treia ediţie a colocviului « Ion Pillat » de la Miorcani, din 26-27 septembrie 1988, într-o  versiune nouă, adecvată profilului revistei.
Justificarea fiind punerea în evidenţă a poemului pillatian într-un vers, « Cel mai scurt poem din lume, cu adevărat ». Autorul consideră  că poemul într-un vers  nu este  cu nimic mai prejos ca frumuseţe faţă de haiku-ul nipon.
În anul 1995, Victor Săhleanu publică o plachetă cu acelaşi titlu ca cel al lui Ion Pillat.
În anul1998 s-a acordat premiul  « Ion Pillat » autorului plachetei.
Placheta  lui Victor Săhleanu este urmată la scurt timp de cea a lui Florin Vasiliu, « Să muţi pe cer o stea. » (2000)
Urmează  o prezentare detailată a vieţii şi operei lui Ion Pillat, dar ne vom opri la ceea ce formează interesul acestui studiu – poemul într-un vers raportat la haiku.
Amintim doar că mama poetului era a doua fiică a lui C. Brătianu şi că viitorul poet a primit o educaţie solidă, urmând la Sorbona studii de istorie, geografie şi drept.
În 1936 apare la Cartea românească, volumul de proporţii reduse intitulat  « Poeme  într-un vers » de Ion Pillat.  Continue reading

Invitation en Hollande

« Mon enfant, ma soeur,
songe à la douceur
d’aller là-bas vivre ensemble…..

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
luxe, calme et volupté. »

Charles BaudelaireInvitation au voyage.

***

Je marchais silencieusement à côté de lui, le regardant de temps en temps. Il portait ses modestes habits de tous les jours, il était coiffé de son chapeau de paille. Un petit baluchon, rond et noir pendait au bout d’un bâton appuyé sur son épaule droite. Il m’avait invité à l’accompagner en Hollande et j’avais accepté de bon coeur. La route lisse et calme s’étendait devant nous, se perdant à l’horizon. Soudain, je le vis s’arrêter.
Il me montra à sa gauche un petit sentier qui se formait à partir de la route principale et qui, en descendant, conduisait vers le couchant. Un magnifique soleil, tout auréolé de clarté envoyait ses derniers rayons avant de s’estomper.
Alors j’entendis sa voix sonore qui me dit:
“Je dois m’engager sur ce chemin, mais toi, tu iras en Hollande!”
Je ne lui dis rien et il se mit à descendre lentement, le long du sentier qui se perdait au loin. Je le vis s’évanouir doucement, enveloppé par les derniers rayons de l’astre…….
Je me remis en marche, suivant toute seule ma route vers la Hollande.

Continue reading

JUMIEGES – une abbaye normande

En ce magnifique matin de juillet, je pars visiter les ruines de l’ancienne abbaye de Jumièges, site plein de mystère où se conjuguent histoire et romantisme.

Fraîcheur de l’aube -
le chant des merles
prélude au lever

La voiture roule sur une voie ombragée par des haies. J’aspire l’air pur de la campagne et ma pensée s’envole vers le ciel d’un bleu azuré.

L’abbaye de Jumièges se situe dans une boucle de la Seine, il faut traverser avec le bac pour passer d’une rive sur l’autre. Pour moi c’est une expérience unique. La traversée se fait en voiture, à pied, en vélo et même à cheval. Elle dure environ 3 mn. Je n’attends pas longtemps : le bac est arrivé et les autos s’alignent déjà l’une derrière l’autre.
Je descends de la voiture pour admirer les eaux de la Seine et le paysage.

Ciel renversé
quelques nuages blancs
flottent sur les eaux troubles  Continue reading